• Accoucher, c’est comme courir un marathon !

     

    L’accouchement exige une dépense d’énergie colossale, similaire à celle d’un marathon. Le fait de se nourrir – modérément ! – au début du travail peut être très utile.

    Longtemps, il a été recommandé de ne rien avaler dès que l’accouchement s’annonçait. Mais ce « dogme » est aujourd’hui largement relativisé. C’est ce que confirme un chercheur canadien (Memorial University) qui a analysé les résultats de plusieurs centaines d’études. Sa conclusion ? Une alimentation légère en début de travail ne présente pas de danger, et fournit une quantité d’énergie extrêmement utile pour faire face aux phases qui vont suivre. Comme nous l’avons dit, en termes de dépense d’énergie, l’accouchement équivaut quasiment à un marathon ! Bien entendu, la possibilité de laisser la maman manger et boire doit être évaluée au cas par cas, de manière individuelle (l’anesthésie générale, programmée ou prévisible, reste une contre-indication absolue).

    Il ne s’agit pas d’avaler de grandes quantités ou des aliments trop lourds : on parle de boisson légère, de bouillon, de glace à l’eau, d'un peu de pain, d'un biscuit… Etant donné que la première partie du travail peut durer de très longues heures, ces en-cas soulageront la maman, dont l’état émotionnel n’a vraiment pas besoin d’être compliqué par le stress du jeûne.

    source

    Quand Google te dit que oui, une contraction toutes les deux minutes, va falloir y aller.

     

    Pointillés

    Quand tu marches jusqu’à la voiture.

     

     

    Pointillés

    Quand ton mec t’emmène à la maternité.

     

    Pointillés

    Quand t’arrives dans la salle de travail. Et que t’as plus envie, d’un coup.

    Pointillés

    Quand la sage-femme t’explique comment ça va se passer.

     

    Pointillés

    Quand on te propose la péridurale.

     

    Pointillés

    Quand tu dois faire quelques mouvements pour l’aider à descendre.

     

    Pointillés

    Quand tu réalises que ça pique un peu, quand même.

     

    Pointillés

    Quand finalement tu réclames la péridurale.

     

    Pointillés

    Quand tu attends l’anesthésiste.

     

    Pointillés

    Quand on t’annonce que l’anesthésiste aura du retard.

     

    Pointillés

    Quand ton mec te décrit l’aiguille.

     

    Pointillés

    Quand tu vois l’aiguille.

     

    Pointillés

    Quand l’anesthésiste est enfin passé.

     

    Pointillés

    Quand tu réalises soudain que t’as zappé l’esthéticienne et que ton maillot est le sosie de Demis Roussos.

     

    Pointillés

    Quand tu demandes à boire. Et qu’on te dit non.

     

    Pointillés

    Quand tu as finalement le droit de tremper tes lèvres.

     

    Pointillés

    Quand on te dit de respirer calmement.

     

    Pointillés

    Quand ton mec te dit que tu dois être courageuse.

     

    Pointillés

    Quand la sage-femme te dit de pousser plus fort alors que t’es déjà à fond.

     

    Pointillés

    Quand ils te disent qu’ils vont devoir pratiquer une toute petite épisiotomie.

     

    Pointillés

    Quand tu entends son premier cri.

    « Traité maltraité (mal traité) d’amourEdmonde Charles-Roux »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Janvier 2016 à 18:19

    Lol.ça me rappelle des souvenirs .Raconter avec humour, ça me rappelle moins la douleur lol

    Merci et bonne fin de semaine.xxx

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :