• Elle risque la prison si elle n’écrit pas 3 fois par an à l’homme qui lui a tranché la gorge

    Une mère de famille britannique ayant été torturée pendant sept heures par son ex-petit ami vient d’être informée qu’elle encourait une peine de prison si elle refusait d’écrire trois lettres par an à son agresseur.

     

    Natalie Allman, 29 ans, s’est vue notifier par le juge une consigne simple, mais surprenante: elle devra désormais envoyer trois lettres par an à Jason Hughes, son ex-petit ami, qui purge actuellement une peine de prison. La raison: en 2012, ce vétéran de l’armée britannique s’en était pris violemment à la jeune femme, ne supportant pas que celle-ci veuille mettre un terme à leur relation.

    Elle risque la prison si elle n’écrit pas 3 fois par an à l’homme qui lui a tranché la gorge

     

    Pendant sept heures, Jason Hughes avait fait vivre un calvaire à Natalie Allman afin de « la rendre laide », la frappant à l’aide d’une haltère et allant même jusqu’à la lui trancher la gorge. A plusieurs reprises, l’homme avait également tenté d’étouffer sa victime avec un oreiller.

     

     

    L’agression s’était déroulée à leur domicile, en présence des enfants du couple, des jumeaux de 2 ans. Au petit matin, l’homme avait finalement accepté que sa victime appelle les secours. La jeune femme porte les stigmates de ce violent épisode au cours duquel elle a failli perdre la vie: une cicatrice longue d’une vingtaine de centimètres au niveau de la gorge.

     

    Mais selon une récente décision de justice, la mère de famille devra désormais donner des nouvelles des deux enfants à leur père par lettre, trois fois par an. Si elle venait à manquer à ces rendez-vous écrits, elle encourrait une peine de prison ferme.

     

    « Je me sens trahie par la justice: après tout ce qu’il a fait, ses droits prévalent sur les miens et ceux de mes enfants », confie la mère au Sunday People.

     

    « Nous sommes les victimes, pas lui. J’ai cru qu’il allait me tuer cette nuit-là, sans aucune raison. Et mes enfants ont tout vu, ils étaient terrifiés. » La nouvelle a ému le web britannique: sur les réseaux sociaux, l’incompréhension est de mise.

     

    Natalie Allman devra donc envoyer des nouvelles des deux jeunes garçons chaque année à Pâques, en septembre et en décembre. Les lettres devront être accompagnées de photos. De son côté, le père violent aura le droit d’envoyer des cartes de vœux pour leur anniversaire et pour Noël ainsi qu’une lettre à chaque début d’année.

     

    « Pour moi, il a perdu le droit de voir ses enfants le soir où il m’a attaquée mais manifestement, le tribunal ne partage pas cet avis », poursuit la jeune femme. « Qu’en est-il de notre droit à l’oubli? Comment mettre cet épisode derrière nous si l’on est en contact permanent avec celui qui nous a fait ça subir ce calvaire? »

     

    Désormais, elle redoute la prochaine sortie de son ex-conjoint, qui pourrait intervenir dès mars 2016. « On m’a promis que je serai protégée, qu’on installerait des alarmes chez moi et qu’il lui serait interdit de revenir dans notre ville. Mais comment puis-je encore faire confiance aux autorités quand je vois ce qu’ils me forcent à faire aujourd’hui ? »

    Écrit par François DE LA TAILLE

    « Des moments particulièrement émouvantsUne vieille dame se prend en photo pour revivre les plus beaux moments de sa vie »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :