• Louiza Ait Ouali, une femme de conviction affronte les islamistes

    Louiza Ait Ouali, une femme de conviction affronte les islamistesNative d'Akbou en Kabylie en 1987, Louiza Ait Ouali, est une jeune militante, doctorante en sociologie et consultante sociologue chez ONU-femmes. Elle est l'objet d'harcèlements moraux et même de menaces de mort émanants de certains courants intégristes et conservateurs. Cet acharnement est lié à son engagement et ses publications sur le net. Dans cette interview accordée à Kabyle.com, elle revient sur cette affaire, mais aussi sur ses positions politiques.

    Azul madame Louiza Ait Ouali et merci d'avoir accepter cette interview. Une petite présentation pour nos lecteurs.

    Azul, je suis doctorante en sociologie à l’université de Béjaia, où j’ai exercé le métier de l’enseignement, module de sociologie urbaine au département d’architecture. Par la suite, je suis devenue consultante sociologue chez ONU-femmes pour un projet sur la formation du personnel prenant en charge les femmes victimes de violence en Algérie.

    Dernièrement, vous avez subi des harcèlements moraux et menaces de mort de la part des intégristes islamistes liés à vos propos sur le net, est ce que vous pouvez nous éclairer cette affaire?

    Pour mes publications principalement arabophones sont destinées à éveiller l’esprit des jeunes arabisés, victimes de l’école fondamentale qui a créé ce que j’appelle des zérolingues ; aucune langue n’est maitrisée. Victimes de la pensée unique, aucun sens de critique.  Tous ceux qui les contredisent sont convertis en  ennemis Victor Hugo a dit : «L’eau qui ne court pas fait un marais, l’esprit qui ne travaille pas fait un sot.».

    Etre une femme, proclamer haut et fort le droit de la femme a la liberté que ce soit voilée ou en tenue moderne, au respect de ce qui sort du commun est un délit, dans notre société. Mes publications sur des réalités et des situations sont évidentes pour les intellectuels, complètement ignorées par la plupart des jeunes, d’où la nécessité de leur passer le message avec des mots simple dans une langue qui comprennent, après tout la langue n'est qu’un canal de transmission de message.  

    Au départ je recevais en privé des messages en me traitant de tous les noms, me sollicitant à mettre le voile, me traitant de raciste.  Pour certains mes publications critiquant la société algérienne et nord-africaine sont une forme de stigmatisation. Parler encore de religion d’un point de vue tolérant, les confronter, pour tirer ce qui y  est meilleur de chacune qui met en piédestal l’homme en première place, bannir tous les versets  de haine les exclure de l’usage est un blasphème pour eux.

     

    lire%20la%20suite%20sur%20Kabyle%20.com
    « La maman d'un enfant handicapé privée d'allocations se suicide Elle m'énerve parce qu'elle crie quand je la frappe ! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :