• Omaima Hoshan se bat contre les mariages précoces en Syrie

     

    Omaima Hoshan se bat contre les mariages précoces en SyrieOmaima Hoshan n’avait que onze ans quand, en 2012, la guerre en Syrie a contraint sa famille à quitter Damas et fuir en Jordanie. Ils ont fini leur périple à Zaatari, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde.

    À son arrivée, la préoccupation principale d’Omaima était de reprendre sa scolarité et de se faire de nouveaux amis. Cependant, elle a rapidement découvert une tendance inquiétante parmi ses camarades.

    "En sixième, j’ai commencé à voir des filles se marier à seulement 12 ou 13 ans. Elles venaient à l’école faire leurs adieux", racontait l’adolescente, aujourd’hui âgée de 15 ans, au personnel de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) le mois dernier. "Je me souviens avoir pensé qu’elles faisaient une grosse erreur."

    Mais le jour où l’une de ses plus proches amies, Basma (le prénom a été changé), 14 ans, lui a annoncé qu’elle allait se marier, elle a ressenti une telle indignation qu’elle a eu envie d’agir.

    "Nous passions tout notre temps ensemble, et c’était une des meilleures élèves de la classe", continue-t-elle. "Elle ne voulait pas se marier, mais ses parents pensaient que ça valait mieux pour elle."

    Après le mariage, Basma n’a plus remis les pieds à l’école, et Omaima ne l’a jamais revue. Elle s’est alors juré qu’elle ne connaîtrait pas le même sort, et qu’elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher d’autres mariages d’enfants dans le camp.

    Inspirée par Malala Yousafzai, la lauréate du prix Nobel de la paix, dont sa mère lui avait offert l’autobiographie, Moi, Malala, Omaima a gagné une certaine autorité au sein du camp.

    Elle s’est renseignée sur les risques de mariage précoce, puis a incité ses amies et camarades de classes à partager ces informations avec leurs parents afin de décourager cette pratique.

    L’adolescente a également organisé des cours d’arts plastiques et des ateliers de musique et de théâtre pour les filles de son âge, dans l’espoir de combattre le problème par des exercices artistiques. Elle pense avoir réussi à persuader plusieurs de ses camarades de refuser le mariage afin de poursuivre leur scolarité.

    source

    « L’artiste Orly Faya fusionne des personnes avec le mondeMary Winsor »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :