• "Plus je mange, plus mon petit ami est excité"

     

    Le Feederisme ou la chasse aux kilos est une pratique particulière qui peut s’avérer très dangereuse pour la santé. Le but : ingurgiter un maximum d’aliments pour volontairement prendre du poids. A la base, grossir est souvent synonyme de complexe pour les filles. Dans ce cas-ci, le fait de manger est un acte qui peut mener pour certaines jusqu’à l’extase et l’orgasme. La relation se fait à deux, un « feeder » qui donne à manger et un « feedee », qui n’a qu’un seul objectif en tête  : s’engraisser à tout prix.

    Ce mouvement est l’inverse des « pro-ana » qui se donnent des conseils sur la toile pour rester dans l’anorexie. Ici, ce sont des « addict » de la nourriture qui font tout pour devenir obèse. C’est presque devenu un hobby qui consiste à manger à n’importe quelle période de la journée et n’importe quoi. Ida.T est une blogueuse suédoise qui a fait l’expérience du feederisme. Elle explique son quotidien et les raisons qui l’ont poussée à arrêter ces pratiques au magazine français, le Nouvel Observateur.

    "Plus je mange, plus mon petit ami est excité"

    Son ancien petit ami l’a incité à commencer cette pratique et est devenu son feeder, celui qui la nourrit. « Il m’a initiée à la prise de poids et à l’acceptation de l’obésité», a t-elle déclaré à la journaliste Audrey Kuncinskas. A 27 ans, elle a déjà atteint les 158 kilos. «Plus je grossirai, plus mon petit serait excité», se disait-elle. Prendre du poids peut donc mener à l’orgasme pour certaines personnes. Tout l’argent qu’Ida a dépensé servait aux glaces, sucreries, Fast food. «Je ne sais pas combien de fois je mangeais par jour. Mais je mangeais dès que j'en avais envie et que je ne me sentais pas extrêmement pleine» a avoué Ida. Le «Feederism» est aussi en lien avec une pratique sexuelle et sentimentale. Il est possible d’atteindre l’orgasme en étant nourri si la connexion entre le « feedee » et le « feeder » est grande.

    Par la suite, Ida a décidé de mettre un terme au feederisme, très critiqué par la société et les psychologues. « J'avais aussi du mal à bouger, j'avais les genoux et les épaules qui me faisaient mal. À cause de ces soucis et d'un problème de confiance en moi, j'ai finalement arrêté cette pratique ». Elle s’est fait poser un anneau gastrique pour l’aider à surmonter son obésité et à déjà perdu 30 kilos.

    source

    « Une démonstration poignante de l’amour d’une mère pour sa fille. Ils tiennent leur promesse et adoptent les quatre filles de leur amie décédée »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :