•  

    8,5 mois de sobriété

     

     

    Quand vous arrêtez de boire

     

    1 an de sobriété

    Quand vous arrêtez de boire

     

     

    99 jours de sobriété

    Quand vous arrêtez de boire

     

    5 ans de sobriété

    Quand vous arrêtez de boire

     

    1 an de sobriété

    Quand vous arrêtez de boire

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'épilation intégrale du maillot ne serait pas sans risques pour la santé

    S’épiler intégralement le maillot ne serait pas sans risques pour la santé des femmes. Et ce, quelle que soit la méthode utilisée : en effet, si le rasoir, la cire ou l’épilateur sont jugés bien utiles pour éliminer les poils disgracieux, ils agresseraient aussi les muqueuses vaginales et favoriseraient l’apparition d’infections.

    C’est ce qu’indique une étude menée par des chercheurs de l’université de Californie-San Francisco, publiée fin juin dans la revue JAMA Dermatology. Elle révèle d’abord à quel point la chasse aux poils est devenue monnaie courante. Ainsi, sur les 3.316 femmes américaines interrogées, quelque 84 % s’épilent, dont 62 % intégralement. Une tendance bien plus nette chez les plus jeunes (18-24 ans) que chez les 45-65 ans, mais aussi chez les femmes les plus diplômées, notamment celles ayant été à l’université.
    Exit la barrière protectrice naturelle

    Principale raison invoquée : les rapports sexuels, pour la moitié des participantes, mais également la demande de leur partenaire, pour 21 % d’entre elles. Dans une moindre mesure, les femmes choisissent d’éliminer leurs poils pubiens avant de partir en vacances pour se sentir à l’aise en maillot de bain ou avant de consulter un médecin. Enfin, six femmes sur dix indiquent s’épiler pour une question d’hygiène.

    Or, en arrachant les poils, l’épilation supprime une barrière protectrice naturelle contre tous les agents pathogènes que sont les bactéries et virus, insiste l’étude. L’irritation et l’inflammation causées par l’épilation peuvent également provoquer des micro-coupures et traumatismes au niveau de la peau.

    source

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    Une entreprise basée à Bristol (Royaume-Uni) a décidé de mettre en place des temps de pause et de congés supplémentaires pour ses employées pendant leurs règles. 

    Un exemple à suivre ?

    "En tant que manager, j'ai vu des femmes qui souffraient vraiment pendant leurs règles et j'en ai même surpris certaines se tordre de douleur [...] Elles se sentent coupables et ont honte de prendre des jours de congé et restent assises à leur bureau en silence sans vouloir admettre qu'elles souffrent", explique Bex Baxter, la directrice de l'entreprise, à l'origine de ce congé spécial menstruations.

    Objectifs : augmenter le bien-être des employées, favoriser la productivité et "briser un tabou" :

    "Nous nous sommes dits qu'il fallait faire quelque chose et briser ce tabou. Rien de tel n'a jamais été fait en Angleterre avant, ou, si cela a déjà été fait, c'était à toute petite échelle".

    Selon une étude, citée par "Mashable", 40% des femmes interrogées disent être "gênées" dans leur travail au moment de leurs règles.

    source

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Cette vidéo, publiée sur Facebook par Jasmine Perez, montre la naissance d’un bébé toujours enveloppé dans sa poche des eaux.

    Si tu vois pas la video fait F5

     

    asi como cuando dicen " nacio ENMANTILLAO" bueno... asi!

    Posté par Jasmine Perez sur mardi 16 février 2016
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    C'est l'été et la pression de l'épilation parfaite est encore plus forte qu'en temps ordinaire. Rassurez-vous, si par manque de temps ou d'envie, vous avez zappé la case bandes de cire, vous venez peut-être d'échapper à un staphylocoque doré. Un docteur américain a en effet appelé à la fin de la guerre aux poils pubiens. "Certaines théories sociologiques, explique Emily Gibson, directrice du centre de recherche sur la santé à la Western University dans l'état de Washington (lien en anglais), suggèrent que cette tendance a à voir avec la mode des bikinis et des strings, des acteurs et actrices sans poils, un désir de revenir à l'enfance, un tentative hygiéniste ratée, ou une volonté de devenir plus attractive pour son partenaire." Autant de raisons qui ne tiennent pas quand on connait les dangers que représente l'épilation pubienne.

    "Si les poils pubiens sont là, c'est pour une bonne raison"
    Car, explique la spécialiste, si "les poils pubiens sont là, c'est pour une bonne raison. Ils protègent contre le frottement qui peut causer écorchures et blessures, ils sont un rempart naturel contre les bactéries.[...] Le temps, l'énergie, l'argent et l'émotion provoqué chez les deux sexes pour supprimer les poils de leurs parties génitales est astronomique." Selon le journal The Independent, le marché de l'épilation a en effet généré 2,1 milliards de dollars au États-Unis en 2011.

    Un médecin américain met en garde contre l'épilation pubienne

    "L'épilation pubienne irrite et provoque des inflammations des follicules pileux (développement anatomique en forme de sac dans lequel pousse un poil) laissant de microscopiques blessures ouvertes. Quand cela est combiné à un environnement moite tel que celui des parties génitales, vous voilà en face d'un terrain parfait pour les plus méchantes bactéries", souligne Emily Gibson.

    Staphylocoque doré et autres réjouissances
    Et le médecin ne plaisante pas, les méchantes bactéries dont elle parle ne sont autres que le staphylocoque doré ou le streptocoque B, autant de joyeusetés qui peuvent être combinées à des herpès et d'autres maladies sexuellement transmissibles dont la contamination est facilitée par les micro-blessures. Attention messieurs, les hommes ne sont évidemment pas à l'abri. Cosmopolitan US titrait récemment "ce que son épilation révèle de sa personnalité." (lien en anglais)

    Un médecin américain met en garde contre l'épilation pubienne

    En France, le débat n'est pas nouveau. En janvier 2010, le magazine Elle faisait scandale à cause de son sujet à destination des "foufounista": "Le pubis, c’est le lieu le plus intime de notre corps. Et, pourtant, il n’échappe pas à la tendance. Soins, épilations, secrets de pros… On vous dit tout pour devenir une vraie foufounista!" Laure Watrin, journaliste à Slate s'offusquait alors de cette esthétique du "porno soft", de cette dictature de la pilosité très maîtrisée: "Lissons, aseptisons, uniformisons! Après les jambes, les aisselles, les sourcils, c'est donc au tour de notre pubis de se mettre au service des 'control freaks'."

    La Défense du poil
    En octobre 2010, Stéphane Rose, un "mec qui aime les poils pubiens" comme il se définit lui-même, publiait un essai Pour la Défense du poil: contre la dictature de l'épilation intime. Dans une interview au blog sur le sexe Rue69, il comprenait dans cette tyrannie de l'épilation un combat plus vaste contre "les rides, le gras et tout ce qui égratine l'idéal juvénile associé au corps désirable."

    Un médecin américain met en garde contre l'épilation pubienne

    Plus récemment en 2011, la marque Veet, spécialisée en produits pour l'épilation, lançait la campagne "Mon minou tout doux" pour vanter l'épilation intégrale. Après avoir choqué de nombreux internautes à cause du site lancé au même moment à destination des jeunes femmes, la marque a fait marche arrière. Renée Greusard, journaliste à Rue89 revient sur la polémique et raconte ce site rose bonbon à destination des jeunes filles : "il y avait un jeu qui consistait à épiler « le minou ». Le but ? Enlever tous les poils de la bestiole puisque selon la chanson ,« un minou qui pique partout, ça fait bien trop voyou ».« Le minou (de Veet) aime être plus épilé » Venait ensuite le test final du matou. Un chat moche à l’air grave inspectait la chatte. Et si « le minou » était mal épilé, la sentence tombait : « Tu as choisi le bon produit, mais le minou aime être plus épilé. Repasse le test du matou. » Boum ! Du féminisme pur jus."

    Moralité, la prochaine fois oubliez le bon vieil adage "il faut souffrir pour être belle/beau" et pensez à votre santé, vos poils pubiens vous diront merci.

    source

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Il ne faut pas le mettre en contact avec une zone qui contient son propre écosystème comme le vagin ou une zone sensible comme le pénis pour ne pas propager ces germes.
    S’il n'est pas changé à chaque fois, il doit être abandonné au profit de la main. Qui plus est, les fibres du tissu sont très agressives.Se laver à la main permet aussi de sentir une irrégularité au niveau de cette zone. Il est en revanche important de s’assurer que la zone intime soit correctement séchée pour éviter l’humidité et son effet "macération", avec une serviette changée fréquemment.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    L’accouchement exige une dépense d’énergie colossale, similaire à celle d’un marathon. Le fait de se nourrir – modérément ! – au début du travail peut être très utile.

    Longtemps, il a été recommandé de ne rien avaler dès que l’accouchement s’annonçait. Mais ce « dogme » est aujourd’hui largement relativisé. C’est ce que confirme un chercheur canadien (Memorial University) qui a analysé les résultats de plusieurs centaines d’études. Sa conclusion ? Une alimentation légère en début de travail ne présente pas de danger, et fournit une quantité d’énergie extrêmement utile pour faire face aux phases qui vont suivre. Comme nous l’avons dit, en termes de dépense d’énergie, l’accouchement équivaut quasiment à un marathon ! Bien entendu, la possibilité de laisser la maman manger et boire doit être évaluée au cas par cas, de manière individuelle (l’anesthésie générale, programmée ou prévisible, reste une contre-indication absolue).

    Il ne s’agit pas d’avaler de grandes quantités ou des aliments trop lourds : on parle de boisson légère, de bouillon, de glace à l’eau, d'un peu de pain, d'un biscuit… Etant donné que la première partie du travail peut durer de très longues heures, ces en-cas soulageront la maman, dont l’état émotionnel n’a vraiment pas besoin d’être compliqué par le stress du jeûne.

    source

    Quand Google te dit que oui, une contraction toutes les deux minutes, va falloir y aller.

     

    Pointillés

    Quand tu marches jusqu’à la voiture.

     

     

    Pointillés

    Quand ton mec t’emmène à la maternité.

     

    Pointillés

    Quand t’arrives dans la salle de travail. Et que t’as plus envie, d’un coup.

    Pointillés

    Quand la sage-femme t’explique comment ça va se passer.

     

    Pointillés

    Quand on te propose la péridurale.

     

    Pointillés

    Quand tu dois faire quelques mouvements pour l’aider à descendre.

     

    Pointillés

    Quand tu réalises que ça pique un peu, quand même.

     

    Pointillés

    Quand finalement tu réclames la péridurale.

     

    Pointillés

    Quand tu attends l’anesthésiste.

     

    Pointillés

    Quand on t’annonce que l’anesthésiste aura du retard.

     

    Pointillés

    Quand ton mec te décrit l’aiguille.

     

    Pointillés

    Quand tu vois l’aiguille.

     

    Pointillés

    Quand l’anesthésiste est enfin passé.

     

    Pointillés

    Quand tu réalises soudain que t’as zappé l’esthéticienne et que ton maillot est le sosie de Demis Roussos.

     

    Pointillés

    Quand tu demandes à boire. Et qu’on te dit non.

     

    Pointillés

    Quand tu as finalement le droit de tremper tes lèvres.

     

    Pointillés

    Quand on te dit de respirer calmement.

     

    Pointillés

    Quand ton mec te dit que tu dois être courageuse.

     

    Pointillés

    Quand la sage-femme te dit de pousser plus fort alors que t’es déjà à fond.

     

    Pointillés

    Quand ils te disent qu’ils vont devoir pratiquer une toute petite épisiotomie.

     

    Pointillés

    Quand tu entends son premier cri.

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  Faby Perier : J'ai créé une chanson pour lutter contre mon cancer du sein et ceux de toutes les autres

    Pourquoi moi? Parce que ça n'arrive pas qu'aux autres... Alors mobilisons-nous ensemble.

    En mars 2014, j'apprends que le cancer qui m'a heurtée en avril 2008 s'est à nouveau installé dans mon corps. Je sais aussi, que cette fois-ci, il s'est installé méchamment et que la bataille sera rude.

    Je me dis une nouvelle fois, pourquoi moi? Parce que ça n'arrive pas qu'aux autres... C'est dur mais c'est la vie. Non, ce n'est pas ma vie, ma vie c'est la chanson et la musique, alors je me dis que je vais me projeter dans l'avenir en créant un projet commun pour sensibiliser les autres, pour dire que ça n'arrive pas qu'aux autres... J'ai pris conscience avec la maladie que seule la bataille est rude et qu'ensemble on est plus forts. Je sais aussi à quel point nous avons besoin des autres, à quel point nous avons besoin d'être soutenus. Dire à toutes celles qui se battent que nous sommes des forces vives qui nous mettons en marche pour lutter.

    Je rentre en chimio et j'écris ce texte Octobre Rose. Au même moment, je rentre en studio et pendant quelques heures par mois je peux créer, rêver et imaginer ce que sera ce titre. Ces quelques heures m'ont aidée à supporter les traitements et surtout m'ont aidée à imaginer un avenir.

    J'ai parlé de ce projet à des amis artistes, comédiens, journalistes et ils m'ont rejoint tous bénévolement avec la même envie, sensibiliser à la lutte contre le cancer du sein en délivrant le message de la vie.
    Nous chantons tous que ça n'arrive pas qu'aux autres mais nous chantons l'espoir, comme un hymne à la vie, un hymne qui mobilise et qui sensibilise à la lutte contre le cancer.

    Ensemble, nous sommes plus forts, ensemble, mobilisons-nous. Habillons-nous de rose pour dire à toutes les femmes que l'on aime qu'elle prennent soin d'elles. Nous sommes tous à leurs côtés pour Octobre rose et pas seulement. Ils sont chanteurs, comédiens, journalistes et musiciens. Ils unissent leurs voix pour Octobre Rose.

    source

     

    Voir la video

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Trous de mémoire : quand faut-il s'inquiéter ?C'est une récente étude américaine* qui le dit : les femmes qui souffrent de troubles de la mémoire ont 70 % de risques supplémentaires de développer une démence (c'est-à-dire un déclin graduel des capacités mentales) à partir de l'âge de 65 ans.

    Interrogés par nos confrères du Daily Mail, des experts de l'Alzheimer's Society (Grande-Bretagne) ont préparé un « classement » des choses qui doivent nous alerter - ou non - quant à notre mémoire. Prêtes ? C'est parti.

    Il est normal d'oublier :

    - où vous avez garé votre voiture

    - de rappeler quelqu'un

    - le prénom d'une personne que vous venez de rencontrer

    - où vous avez rangé telle ou telle chose

    - un mot (mais vous l'avez « sur le bout de la langue »)

    Ces informations dépendent en effet de la mémoire à court terme. « Votre cerveau sait qu'il ne vous est pas vital de vous souvenir du prénom de la personne que vous venez de rencontrer. Aussi, il fait de la place pour enregistrer d'autres données, plus essentielles à votre vie » explique ainsi le Dr Oliver Cockerell, neurologue.

    Ce qui doit vous inquiéter :

    Trous de mémoire : quand faut-il s'inquiéter ?- vous ne parvenez plus à faire deux choses à la fois (préparer le repas devient très difficile, par exemple)

    - vous commencez à vous perdre dans des endroits familiers (vous ne retrouvez plus la route jusqu'à votre maison, par exemple)

    - vous oubliez les noms de vos proches ou vous ne reconnaissez plus leur visage

    - vous répétez en boucle les mêmes questions

    Et il faut aller voir votre généraliste rapidement si :

    - vous oubliez comment faire certaines tâches du quotidien (lancer une machine à laver, par exemple)

    - vous vous perdez dans vos liens familiaux (« à qui est cet enfant ? »)

    - vous oubliez quelle est la fonction de certains objets

    - vous rangez certains objets dans des lieux insolites sans vous en rendre compte.

    « Ces oublis signalent qu'il y a un problème de communication entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Cela peut conduire à certaines pathologiques, comme Alzheimer. De manière générale, si l'état de votre mémoire vous inquiète, c'est bon signe », explique le Dr Anne Corbett, de la Alzheimer's Society. Ouf, nous voilà (un peu) rassurées !

    *publiée dans la revue scientifique Neurology par des chercheurs de l'Université de Californie.  source

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Vous ne connaissez pas la labiaplastie ?Aussi appelée nymphoplastie, elle consiste en une opération de chirurgie plastique visant à rétrécir ou agrandir les lèvres, autour de la vulve. Et selon la porte-parole de l’ASAPS, interrogée par le Daily Mail, cette pratique est une des interventions les plus populaires chez les femmes aux Etats-Unis.

    Et selon le Dr Jennifer Walden, ce n’est pas seulement dû à un accès plus facile aux images pornographiques sur Internet. Ce serait également la mode des maillots brésiliens, plus fins, qui pousseraient les demoiselles à s’essayer à la labiaplastie. L’épilation au laser ou à la cire du maillot est d’ailleurs de plus en plus populaire également, tant aux Etats-Unis qu’en Europe occidentale. « Les femmes développent des complexes en maillot ou en faisant du sport », explique la chirurgienne.

    Le Dr Walden va encore plus loin, affirmant que des lèvres larges peuvent avoir un impact sur l’hygiène des femmes et seraient moins confortables pour les rapports sexuels. Certes, mais l’opération coûte tout de même entre 5.000 et 7.000 euros et n’est évidemment pas remboursée par la sécurité sociale. Il faut donc bien réfléchir avant de se lancer…

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La pose d'un piercing n'est pas un acte anodin en raison de l'effraction de la peau et des muqueuses pouvant entrainer l'irruption de microbes. Les personnes qui se font poser un piercing doivent connaitre les complications auxquelles elles pourraient être confrontées, sachant qu'une grande majorité d'entre elles peuvent être évitées si les conditions d'hygiène sont respectées scrupuleusement.


    Piercing au teton par divertissonsnous


    Les réactions allergiques


    Les réactions les plus fréquentes sont l'eczéma à l'endroit de la pose du piercing.
    Réactions aux produits utilisés pour la désinfection
    Les produits utilisés pour désinfecter la peau ou les mains du professionnel peuvent provoquer un eczéma.
    Réactions aux composés
    Le nickel demeure l'élément le plus fréquemment mis en cause.


    Les infections microbiennes locales


    Ce sont les réactions les plus fréquentes, de 10 à 15% environ.
    Elles sont provoquées le plus souvent par des staphylocoques ou des streptocoques
    Les infections virales
    La pose d'un piercing peut être à l'origine d'une Hépatite B, hépatite C, l'Herpès ou d'une infection provoquée par le virus HIV.


    Les traumatismes


    La pose d'un piercing peut entrainer un traumatisme local : plaie, hématome, hémorragie...
    La particularité des piercing oraux
    Les piercing oraux augmentent de 20% environ les risques de fracture dentaire et de maladies gingivales.

    Pour en savoir plus

    Piercings génitaux pour filles

    Il existe plusieurs types de piercing génital féminin, réputés pour favoriser la stimulation sexuelle....

    lire ici

    être majeur pour voir cette video

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La réponse d'une fille harcelée à cause de sa maladie de peauGiorgia est une ravissante jeune femme de 24 ans. Malheureusement, on lui a diagnostiqué un psoriasis sévère à l'âge de 13 ans. Cette maladie de peau entraîne des rougeurs importantes et des boutons sur tout son corps. Longtemps complexée par cette maladie, elle a décidé de se battre et d'assumer sa maladie. Elle a commencé à se prendre en photo en bikini afin de montrer son corps et cette maladie que beaucoup pensent contagieuse alors qu'elle ne l'est pas. "Les traces sont rouges et recouvertes de croûtes, mais je ne veux plus les cacher. Elles me rappellent que je suis forte !", déclare-t-elle au Mirror. Elle compte également créer une page Facebook pour sensibiliser les gens à cette maladie et aider d'autres personnes qui sont dans le même cas qu'elle.

    source

    Partager via Gmail

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique