• Trous de mémoire : quand faut-il s'inquiéter ?

    Trous de mémoire : quand faut-il s'inquiéter ?C'est une récente étude américaine* qui le dit : les femmes qui souffrent de troubles de la mémoire ont 70 % de risques supplémentaires de développer une démence (c'est-à-dire un déclin graduel des capacités mentales) à partir de l'âge de 65 ans.

    Interrogés par nos confrères du Daily Mail, des experts de l'Alzheimer's Society (Grande-Bretagne) ont préparé un « classement » des choses qui doivent nous alerter - ou non - quant à notre mémoire. Prêtes ? C'est parti.

    Il est normal d'oublier :

    - où vous avez garé votre voiture

    - de rappeler quelqu'un

    - le prénom d'une personne que vous venez de rencontrer

    - où vous avez rangé telle ou telle chose

    - un mot (mais vous l'avez « sur le bout de la langue »)

    Ces informations dépendent en effet de la mémoire à court terme. « Votre cerveau sait qu'il ne vous est pas vital de vous souvenir du prénom de la personne que vous venez de rencontrer. Aussi, il fait de la place pour enregistrer d'autres données, plus essentielles à votre vie » explique ainsi le Dr Oliver Cockerell, neurologue.

    Ce qui doit vous inquiéter :

    Trous de mémoire : quand faut-il s'inquiéter ?- vous ne parvenez plus à faire deux choses à la fois (préparer le repas devient très difficile, par exemple)

    - vous commencez à vous perdre dans des endroits familiers (vous ne retrouvez plus la route jusqu'à votre maison, par exemple)

    - vous oubliez les noms de vos proches ou vous ne reconnaissez plus leur visage

    - vous répétez en boucle les mêmes questions

    Et il faut aller voir votre généraliste rapidement si :

    - vous oubliez comment faire certaines tâches du quotidien (lancer une machine à laver, par exemple)

    - vous vous perdez dans vos liens familiaux (« à qui est cet enfant ? »)

    - vous oubliez quelle est la fonction de certains objets

    - vous rangez certains objets dans des lieux insolites sans vous en rendre compte.

    « Ces oublis signalent qu'il y a un problème de communication entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Cela peut conduire à certaines pathologiques, comme Alzheimer. De manière générale, si l'état de votre mémoire vous inquiète, c'est bon signe », explique le Dr Anne Corbett, de la Alzheimer's Society. Ouf, nous voilà (un peu) rassurées !

    *publiée dans la revue scientifique Neurology par des chercheurs de l'Université de Californie.  source

     

    « Femmes handicapées : le tabou de la violence conjugaleSi on se soulevait contre « la taxe tampon » ? ! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Novembre 2015 à 20:54

    Merci ma maman souffre du Parkinson elle est dans un centre depuis 4 ans et je ne m'habitue pas.

    C'est très pénible tu sais.Elle nous reconnaît encore mais elle est est dans son monde.Bisous et encore merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :